Nos Magasins

Retrait possible en 2H en magasin selon disponibilité des produits

LE LEVAGE

Pour toute installation de système de levage, chariot, palans et autres appareils de levage, il est nécessaire de mettre en place une structure d’accueil. Leur conception est fonction des portées, hauteurs et capacités nécessaires. Elle doit être testée et approuvée par un organisme agréé une fois installée.

SOMMAIRE

1. LES TYPES DE PALANS
2. LES TYPES DE POTENCES
3. LES APPAREILS DE LEVAGE
4. LES ACCESSOIRES DE LEVAGE

1. LES TYPES DE PALANS

Le levage est l’action de décoller une charge du sol afin de la déplacer ou non sur un plan horizontal. On distingue 3 types de palans :

Le levage manuel est commandé par une chaine de manœuvre sans fin. La chaine de charge est intégrée au palan et supporte la charge.

Le levage à levier est commandé par un levier de manœuvre pour actionner la montée ou la descente de la charge sur la chaine.

Le levage motorisé peut être électrique ou pneumatique ; ces palans remplacent l’effort humain par un moteur. L’ensemble des mouvements du palan (levée, descente et translation) sont commandés par un boitier.

2. LES TYPES DE POTENCES

Les potences sont conçues pour lever, translater et faire pivoter une charge sur un angle déterminé. Elles peuvent être équipées d’un palan manuel ou électrique. La CMU (Charge Maximale d’Utilisation) indiquée est valable jusqu’à la portée maximale (jusqu’en bout de fer).

La potence surélevée ou inversée permet une hauteur de levée maximale par rapport à la hauteur de levée sous plafond. Elle présente l’inconvénient de créer une zone morte au pied de son point d’ancrage (entre le fût ou le mur et le palan).

La potence triangulée offre une longueur d’utilisation quasi-totale du bord de fût (ou du mur) jusqu’au bout du fer. La hauteur perdue par rapport au plafond est plus importante. La potence murale permet une rotation à 180°. Il est primordial de faire vérifier que la structure du bâtiment peut supporter la charge. La potence sur fût permet une rotation jusqu’à 360° ; elle est à installer sur massif béton.

Les portiques peuvent être fixes ou mobiles selon deux versions : roulant en charge ou non roulant en charge. Ils peuvent être équipés d’options telles que le blocage des roues, ligne d’alimentation pour les palans électriques, chariots de levage intégré…

3. LES APPAREILS DE LEVAGE

Le palan à chaine est un appareil de levage inventé par Archimède ; il est muni d’un système démultiplicateur relié par une chaine ou un câble à un crochet qui soulève verticalement une charge sur une distance limitée.

Le pul-lift fonctionne sur le même principe que le palan à chaine sauf qu’un levier remplace la chaine. Il est souvent utilisé pour une approche en précision des charges.

Les treuils à câble et tirfors sont des appareils de traction qui permettent de tirer ou positionner des charges lourdes (jusqu’à 30 tonnes). Très utilisés pour les travaux forestiers, en montagne ou dans l’industrie, ils sont assez polyvalents et peuvent avoir une grande longueur de câble (jusqu’à 50 mètres). Ces appareils peuvent être manuels, électriques, pneumatiques ou encore hydrauliques et thermiques.

La grue d’atelier ou « chèvre » est un appareil de levage composé d’un châssis à fixer ou monté sur roulettes. Il permet la réalisation d’opérations de levage de charges lourdes en toute sécurité.

4. LES ACCESSOIRES DE LEVAGE

Le palonnier est un élément en acier qui permet de répartir la charge à soulever. En effet, qu’il soit à poutre simple ou double, celui-ci répartit le poids sur 2 ou 4 points, ce qui facilite la manutention d’ensembles volumineux et fragiles. Un anneau permet le lien avec la grue et des anneaux de levage pour y accrocher les chaines ou élingues.

Les élingues rondes ont une boucle à leurs extrémités qu’on appelle aussi œil de levage. Elles existent sous forme de câbles torsadés avec deux boucles fermées, parfois renforcées par un élément métallique. On peut aussi trouver des élingues cordes dont les boucles seront renforcées par un fourreau en cuir ou en polypropylène.

Les élingues plates appelées aussi sangles ouvertes, sont reconnues pour leur poids léger et leur souplesse qui les rendent donc facile à manipuler.

On distingue le matériau qui compose l’élingue (polyamide, polyester, propylène, chanvre) grâce à une étiquette de couleur. De même, c’est par la couleur de la sangle qu’on connaitra sa force.

Les manilles sont des genres d’étriers en forme de U permettant d’accrocher la pièce à lever à la grue. Il faut cependant que la pièce à soulever possède des points d’accrochage comme des oreilles de levage. Les manilles existent dans une large gamme correspondant aux charges à soulever.

Les mailles ou maillons sont des anneaux en acier permettant de relier des élingues fermées, ils ont l’apparence de mousquetons.

Les tendeurs ou sangles d’arrimage permettent de stabiliser les charges pour plus de sécurité et de maintien des charges à soulever.

NOTRE SÉLECTION

Nos Produits
Nos services