Nos Magasins

Retrait possible en 2H en magasin selon disponibilité des produits

L'EVACUATION DES EAUX DE PLUIE

L’évacuation de l’eau de pluie pose plusieurs problématiques et des règles à respecter mais aussi des opportunités. En effet, cette eau ne doit pas être mélangée aux eaux usées et vos voisins ne doivent pas en être importunés. Enfin, cette eau peut être récupérée afin d’être utilisée pour l’arrosage des plantes, le nettoyage de vos extérieurs… La récupération de l’eau de pluie est une opportunité écologique et économique pour certains usages extérieurs ou domestiques comme le lavage des sols ou l’alimentation des sanitaires.

SOMMAIRE

1. L'EVACUATION DES EAUX
2. LA RECUPERATION DES EAUX
3. LE REGLEMENTATION

1. L'EVACUATION DES EAUX

L’évacuation de l’eau de pluie est nécessaire car si celle-ci stagne, elle peut engendrer des problèmes. Tout propriétaire doit faire en sorte que les eaux s’écoulent sur son terrain ou sur la voie publique. Il peut exister un réseau collectif d’évacuation des eaux, soit unitaire (commun aux eaux usées et pluviales), soit séparatif (les eaux de pluie vont vers le milieu naturel et les eaux usées vont vers les stations d’épuration).

L’eau coule sur le toit, elle est alors récupérée par la gouttière si celui-ci est en pente ou par un siphon s’il est plat. Un regard (petite caisse) en PVC, béton ou fibro ciment enfoui dans le sol collecte ensuite l’eau. Celle-ci peut alors être dirigée de différentes manières.

L’épandage est une méthode simple consistant à évacuer les eaux de pluie par le sol ; attention cependant car l’eau peut remonter et infiltrer les murs de votre maison.

Le drainage nécessite de poser un drain en bas de la gouttière ; il s’agit d’un tuyau perforé composé de PVC, béton ou terre cuite et souvent associé à des pierres. Il faut le disposer autour des fondations, dans une tranchée légèrement en pente afin de faire circuler l’eau jusqu’au puisard ou à l’égout. Il est recouvert généralement de couches de cailloux, graviers, terre, sable. Afin d’éviter les bouchons, on recouvre le tuyau d’un feutre géotextile.

L’eau ruisselle aussi sur le sol, il est donc important de prévoir une évacuation au sol pour permettre à l’eau de s’échapper. On positionnera par exemple un caniveau, sorte de rigole qui s’encastre dans le sol avec une grille amovible. Un siphon peut aussi servir à l’écoulement de l’eau, il sera raccordé au tuyau d’évacuation.

2. LA RECUPERATION DES EAUX

Votre toit peut vous permettre de récupérer plusieurs milliers litres d’eau dans l’année. En effet, avec 100 mètres carrés de toit, vous pouvez récupérer jusqu’à 60 000 litres. Suivant sa surface, votre région d’habitation et donc sa pluviométrie et son inclinaison, vous pourrez déterminer s’il est intéressant de mettre en place un système de récupération des eaux de pluie. Important à prendre en considération également, le matériau dont est constitué votre toit. En effet, pour récupérer l’eau de manière qualitative et optimale, les tuiles, ardoises naturelles, le zinc et le verre. N’utilisez pas le cuivre, l’aluminium, le goudron ou le bois au risque d’avoir de l’eau toxique ou une coloration de l’eau et beaucoup d’impuretés.

Les gouttières prennent ensuite le relais pour faire descendre l’eau du toit et permettre leur récupération en bas. Les matériaux couramment utilisés sont le cuivre, le zinc, la fonte, l’acier inoxydable et le PVC.

Enfin, une cuve permet de stocker l’eau afin d’être réutilisée. Il faut installer un filtre en amont de la cuve afin d’empêcher les feuilles, oiseaux morts… de stagner dans celle-ci. Dans le cas d’une cuve extérieure, la distribution de l’eau pourra se faire avec un simple robinet ou par pompage. Si celle-ci est enterrée en revanche, la distribution ne se fera que par pompage. En cas de trop plein, l’eau pourra se déverser dans un réseau d’évacuation des eaux pluviales grâce à une surverse.

3. LA REGLEMENTATION

Face à l’engouement croissant pour la récupération de l’eau de pluie, le ministère de la santé a rédigé un arrêté du 21 aout 2008 afin de garantir la sécurité sanitaire des utilisateurs d’une eau qui n’est pas potable. L’eau doit être récupérée des toitures inaccessibles, l’eau récupérée ne doit pas être distribuée dans un habitat domestique et le réseau mis en place ne doit en aucun cas être connecté au réseau d’eau potable. Il faut absolument signaler les points de distribution avec un panneau « eau non potable ». Enfin, l’eau de pluie utilisée pour un usage sanitaire (chasse-d ’eau, lave-linge…) doit faire l’objet d’une déclaration en mairie si elle est rejetée par le réseau d’eaux usées.

NOTRE SÉLECTION

Nos Produits
Nos services